Le baby-boom nigérian va-t-il nourrir la prospérité

ou enraciner la pauvreté?

 

Traduction d'un article de Tim Cocks publié le 9 avril 2013 par UK.Reuters.com

(Reuters) - Dans le temps qu'il faut pour lire cet article, le Nigeria aura ajouté 50 personnes à sa population, soit environ 11.000 par jour. Alors que certains voient ces nouveaux consommateurs comme un moteur de prospérité, alors que d'autres craignent qu'ils vont créer une crise de la pauvreté et des troubles.

Selon les projections du ''Population Reference Bureau'' (PRB), en 2050, le Nigeria sera le quatrième pays le plus peuplé au monde, avec 400 millions d'habitants, un peu moins que ce qui est prévu pour les États-Unis, mais avec seulement un dixième de son territoire.

Alors que la nation la plus peuplée d'Afrique a longtemps fait saliver les chefs d'entreprise sur son marché potentiellement énorme, en particulier les détaillants de biens de consommation à rotation rapide, il n'est pas sûr qu'avec sa population croissante – et qui est déjà de 170 millions d'habitants – le Nigeria puisse se transformer en une société plus riche avec niveau de vie supérieur.

Le Nigeria est souvent utilisé par les promoteurs du ''récit de l'Éveil africain'' pour inciter le entrepreneurs à investir afin de tirer un ''dividende démographique'' d'une population croissante de jeunes en âge de travailler.

Pourtant, dans le bidonville-sur-berge de Makoko, où 100.000 habitants sont regroupés dans des maisons sur pilotis bâties dans le lagon de Lagos, peu croient à l'arrivée de la prospérité.

« Nous sommes pauvres, et pas grand-chose est en train de changer », déclare Bénédicte Hunkpe, tout en agitant un chaudron de soupe de poisson sur une braise fumante, pendant que ses enfants se déplacent sur l'eau en canoë.

Les démographes craignent une crise de la pauvreté et les bouleversements sociaux qui pourraient compenser les gains de la naissance de nouveaux consommateurs.

Les 3.000 naira (19 $) par semaine que Mme Hunkpe, âgée de 55 ans, tire de la vente de poisson l'aide nourrir ses 8 enfants et ses 10 petits-enfants, et sa maison peut accueillir 40 personnes à la fois.

« Il n'y a jamais assez d'argent », dit-elle. « Je voulais que mes enfants aillent à l'école pour qu'ils aient une vie meilleure, mais je n'en ai pas eu les moyens.»

Les sceptiques disent que les services et l'environnement ne peuvent pas suivre un rythme de croissance de la population de 2,4% par an (selon les chiffres de l'ONU). Ils craignent que le nombre sans cesse croissant de jeunes sans emploi et sans éducation menace la stabilité d'un pays qui souffre déjà d'un soulèvement islamiste dans le nord et du vol de pétrole, de la piraterie et des enlèvements par des gangs criminels dans le sud.

« Si notre population continue à se développer à ce rythme, sans qu'augmente également notre aide pour la soutenir, nous nous dirigeons vers la catastrophe », déclare Owoeye Olumide, démographe à l'université Bowen au sud-ouest du Nigeria.

« Nous devons faire très vite quelque chose ... ou nous seront confrontés à une plus grande pauvreté et à de l'agitation ou encore pire, à la maladie, la faim et la guerre.»

 

Des enfants jouent devant une des écoles du bidonville de Makoko 

Le Nigeria à la hausse ?

Peu de fonds d'investissement partagent ce point de vue. Des banques comme ''Capital Renaissance'' pensent que la démographie africaine stimulera une transformation économique du même type que celle que l'Asie a connue.

« Au cours des prochaines décennies, seule l'Afrique sub-saharienne connaîtra une croissance de 15 à 20%, dans la tranche d'âge cruciale des 15-24 ans, qui fournira une main-d'œuvre abondante sur laquelle l'économie mondiale s'appuiera » a indiqué la banque dans un rapport de 2011 intitulé "The bottom billion becomes the fastest billion".

Cela permettra d'énormes opportunités pour les détaillants et l'industrie automobile, pour lesquels « les seules données démographiques suggèrent que l'Afrique dépassera la Chine dans les deux générations.»

Le Nigeria est déjà un grand marché pour les produits de base, comme le savon, bière ou de la farine vendue par PZ Cussons, les brasseries nigérianes et les minoteries du Nigeria.

Et certains se préparent déjà pour la prochaine étape : la chaîne de supermarchés d'Afrique du Sud ''Shoprite'' a des plans pour 700 magasins au Nigeria, contre seulement une poignée pour le moment.

Pourtant, généralement, les pays ne tirent parti d'un "dividende démographique" que lorsque la croissance de leur population commence à ralentir.

Alors que les taux de fécondité sont en chute libre à travers l'Asie et l'Amérique latine – à l'instar de ce qui s'est passé en Europe il y a une génération - en Afrique sub-saharienne, ils restent élevés. Une étude de la Banque mondiale de 2012 les place à cinq enfants par femme : au Nigeria, ce taux est de 5,6.

Les Nations Unies prévoient que la population de l'Afrique subsaharienne doublera d'ici 2045 pour atteindre les 2 milliards. A lui seul, le Nigeria représentera un cinquième de cela, et certaines infrastructures urbaines, l'éducation et le marché du travail ne pourront pas suivre.

 

Un canoë transportant de la nourriture passe devant une studio de photo improvisé

 

S'étendant autour d'un lagon et de la côte Atlantique, Lagos, capitale commerciale du Nigeria, est une ville tropicale torride de quelque 21 millions d'habitants qui, selon son gouvernement, reçoit des centaines de milliers de nouveaux arrivants chaque année en provenance des zones rurales.

Les statistiques nationales indiquent que la ville grossit tous les ans de 672.000 personnes.

« C'est comme si nous manquons tout simplement de rester immobile, a déclaré Ben Akabueze, le ''commissaire pour la planification économique et le budget'' de Lagos, un homme à lunettes fortement habillé dont le téléphone sonne constamment avec des demandes de gouverneur de l'Etat Babatunde Fashola.

«Vous roulez sur les services, puis beaucoup plus de gens arrivent», dit-il. «Parfois, nous ne pouvons pas du tout faire face."

Les 2/3 des habitants de Lagos vivent dans des sortes de bidonvilles, sans électricité ni eau fiable. La plupart sont hébergés dans des «face à moi, face à vous» où des familles entières s'entassent dans des chambres de sept mètres carrés, en ''sandwich'' le long de minces corridors.

Noah Semedi, professeur principal d'un des deux seuls établissements ouverts aux dizaines de milliers d'habitants de Makoko : «Mon père a eu 22 enfants. Je suis le dernier né de la famille et je suis le seul qui soit allé à l'école» a-t-il a déclaré à Reuters dans son école où 117 enfants en uniforme bleu et jaune, étaient blottis autour d'une jetée surplombant l'eau sale de la lagune.

Les résidents de ces zones là sont loin du ''consumérisme''.

Une enquète de la ''Standard Bank'', datant de l'an dernier, s'est intéressée au Nigeria comme marché de consommation de masse potentiel. Elle a montré que dans certains centres urbains considérés comme prometteurs, comme Lagos, les revenus des ménages sont bien en dessous du seuil d'un boom de consommation de détail.

Elle a trouvé 93% des ménages de Lagos étaient dans la catégorie des plus pauvres, avec un revenu mensuel inférieur à 390 $ : par comparaison, ils sont seulement 38% dans ce cas à Johannesburg.

Seuls les détaillants ciblant le «bas de la pyramide», comme les brasseurs ou le groupe alimentaire suisse Nestlé (NESN.VX), peuvent tirer parti de ces personnes, a déclaré un des responsable de la Standard Bank, Matthew Pearson.

"Certains entrepreneurs d'Afrique du Sud ont été très surpris" a déclaré Pearson, "ils pensaient que la classe moyenne au Nigeria était beaucoup plus grande qu'elle ne l'est réellement."

 

Une femme vend de la nourriture aux écoliers de Makoko 

Les dangers de la jeunesse

Les chiffres officiels disent que la pauvreté absolue, aggravée par la croissance rapide de la population, est passée de 54,7% en 2004 à 60% l'an dernier : quelque 100 millions de nigérians vivent ainsi dans la pauvreté.

«Avec ce genre de pression de la population, la façon dont le Nigeria a évolué ... sera très difficile à répéter au cours des 20 prochaines années sans qu'intervienne une grande catastrophe», a déclaré Antony Goldman, chef du ''Nigeria PM Consulting''.

Le PRF dit presque la moitié des Nigérians ont moins de 15 ans, et dans le "Middlebelt" - une région du centre du Nigeria peuplée en grande partie par des groupes ethniques minoritaires - la violence est fréquente chez les gangs de jeunes, avec les conflits fonciers rares et l'eau. Des dizaines ont été tués dans la dernière semaine dans l'Etat du Plateau.

Dans le delta du Niger, des bandes armées de jeunes au chômage volent souvent des dizaines de milliers de barils de pétrole par jour à partir de pipelines.

Et la plus grande menace pour la stabilité du Nigeria - l'insurrection islamiste du nord - est alimentée par une population des jeunes chômeurs désespérés, a déclaré Mohammed Junaidu, un politicien et universitaire d'opposition du nord, ajoutant que le Nigeria avait 12 millions d'enfants d'âge scolaire qui ne sont pas dans le circuit de l'éducation.

«C'est une combinaison de défaillances de gouvernance et de la bombe à retardement démographique", a-t-il dit. «Il y a un besoin urgent d'apaiser ces jeunes si nous ne voulons pas faire face à une plus grande instabilité et au terrorisme."

Place à l'optimisme ?

Le gouvernement a essayé pendant des décennies de freiner la croissance de la population grâce à la planification familiale, mais il a eu du mal à influencer une population peu instruite, vivant souvent dans des zones rurales reculées, et dont les valeurs sont d'avoir beaucoup d'enfants.

«Le Nigeria a besoin d'un changement d'attitude», déclare John Adegbite, directeur exécutif de l'ONG ''Planned Parenthood Federation of Nigeria'', ajoutant que l'utilisation des contraceptifs est seulement d'environ 10%.

Pourtant, ceux qui ont une vision optimiste de l'avenir économique du Nigeria soutiennent que sa croissance peut encore éventuellement sortir de larges pans de la société de l'extrême pauvreté.

Charles Robertson de ''Capital Renaissance'' dit que plus d'un tiers des enfants vont à l'école secondaire, contre seulement 7% en 1975, ce qui correspond à l'Inde il ya 20 ans.

Il pense aussi que, comme le Nigeria et l'Afrique deviennent plus prospères, les populations vont naturellement augmenter plus lentement.

«Comme les pays africains vont devenir plus riches, les taux de natalité vont chuter de façon spectaculaire», dit-il, comme cela s'est produit en Inde et en Egypte. En conséquence, dit-il, les projections des Nations Unies pour la population du Nigeria en 2050 "ne seront pas forcément celles qui sont annoncées".

Le démographe Olumide, n'est pas du même avis : «nous amenons toujours plus de personnes à la table, mais très vite cela va s'effondrer : sans un changement de comportement reproductif, je ne vois pas comment nous pouvons ralentir la croissance démographique.»

 

Commentaires

 
#1 Nigeria-baby-boom-987654321 — 13-06-2015 07:58
What's up it's me, I am also visiting this web site daily, 
this site is really good and the people are truly sharing fastidious thoughts.


Feeel fre to surf to my homepage - www.devenirrichesurinternet.com: http://devenirrichesurinternet.com
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir