Démographie Responsable salue l'ouverture (3 mars 2010) à Cayenne du premier centre de planning familial de Guyane.

D'après France-Guyane.fr « l'équipe du centre, composée d'un gynécologue, d'une conseillère conjugale et familiale et d'une infirmière, accueille toute personne, mineure comme majeure, qui souhaite obtenir une contraception, la pilule du lendemain ou une interruption volontaire de grossesse. Les préservatifs (...) sont distribués gratuitement. Des ordonnances de pilules, ou d'autres moyens de contraception, peuvent être délivrées. »

Ce structure était très attendue, car l'indice synthétique de fécondité du département est encore de 4 enfants* par femme (contre 1,87 en métropole). Un graphique accessible grâce à ce lien (en milliers d'habitants) donne une idée de cette croissance excessivement élevée: multiplication de la population par 5 en 40 ans. Enfin, comme l'écrit l'INSEE : « Le taux de natalité, soutenu par la fécondité hors norme, reste très élevé (plus de 30 ‰). Le processus de transition démographique est en cours en Guyane ». A ce sujet, Démographie responsable suggèrerait volontiers aux pouvoirs publics de donner un petit coup de pouce à ce fameux "processus"...

Dans cette perspective, il nous semble maintenant urgent d'ouvrir d'autres centres** et en particulier à Saint-Laurent-du-Maroni dont la proximité avec le Suriname permettrait aussi de rendre service aux femmes de ce pays qui viennent souvent y accoucher. En effet, le centre hospitalier Frank Joli a recensé 1878 accouchements l'an dernier et toujours d'après France-Guyane.fr « à la maternité de l'hôpital de Saint-Laurent, près de la moitié des femmes interrogées [par l'Inserm] était sans papiers. 60% étaient de nationalité étrangère ou sans nationalité (4,9%). Elles ont choisi d'accoucher à Saint-Laurent d'abord pour la qualité des soins (51,5%), la proximité géographique (45,5%) et des raisons familiales (12,1%). L'éventuelle possibilité de pouvoir bénéficier d'allocations familiales ou d'une régularisation n'est que peu évoqué (...) La majorité d'entre elles ont dit qu'elles retourneraient au Suriname après avoir accouché... mais qu'elles continueront à faire suivre leur enfant à l'hôpital de Saint-Laurent. »

* Si la Guyane était prise en compte hors de la communauté française, un tel "score" la placerait au 170ème rang sur 226 pays (dans l'ordre croissant des taux), alors que la métropole n'est "que" 70ème.

** Signalons que notre proposition a été relayée par le petit journal de Kourou dans sa rubrique "politique et société"

Selon Wikipedia: « 96 % du territoire est couvert d'une forêt équatoriale qui reste parmi les plus riches et les moins écologiquement fragmentées du monde. Cette forêt équatoriale est une forêt primaire à très haut niveau de biodiversité (hot-spot, parmi les plus riches au monde), protégée par un tout nouveau parc national et six réserves naturelles ». Une des vocations prioritaires de la Guyane étant d’être une réserve de biodiversité, nous devons impérativement ralentir, voire stopper la croissance de la pression démographique humaine sur le milieu naturel.

Carte de la Guyane