Menace de famine au Niger

 

Le Niger, qui détient le triste record de la natalité mondiale, est en passe de connaître de très graves problèmes alimentaires. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant rouge (FICR), vient de publier un communiqué de presse dans lequel Mr Youcef Ait-Chellouche (coordonnateur de la gestion des catastrophes de la Fédération pour l’Afrique de l'Ouest et du Centre) déclare: « Une aide s'impose de toute urgence pour éviter une famine de grande ampleur. Nous nous attendons à un pic de la pénurie alimentaire en juin. » Face à cette situation, qui trouverait en partie son origine dans l'insuffisance des précipitations atmosphériques, la FICR a lancé lundi 22 mars à Dakar, un appel de fonds de 677.278 euros. Ceux-ci serviront notamment à distribuer des céréales et des semences aux agriculteurs.

Le média sénégalais Walf Fadjri écrit à ce sujet « Mais dans l’humanitaire, la communauté internationale est souvent habituée à faire face à la réponse et non à la prévention. Ainsi, "il y a lieu de changer de stratégie dans l’humanitaire", soutient Youcef Ait-Chellouche. »

 

Sans vouloir détourner les propos de ce dernier, Démographie Responsable pense que ce changement de stratégie pourrait aussi prendre en compte le problème de la natalité excessive que connaît le Niger (plus de 7 enfants en moyenne par femme). En effet l'augmentation exponentielle du nombre de "bouches à nourrir" n'est pas compatible avec le potentiel agricole du pays. Au-delà de l'aide d'urgence, qu'il faut bien évidemment apporter, une politique d'éducation des populations et d'aide à la planification familiale, doit donc impérativement être mise en œuvre.