Nos pétitions

Gratuité de la contraception dans le monde

 Voici le texte de la pétition que nous vous invitons à signer en suivant ce lien :

 

 Considérant que 300 000 à 500 000 femmes meurent chaque année du fait de grossesses trop précoces, trop rapprochées, trop fréquentes ou trop tardives,


Considérant que la maîtrise de la croissance démographique mondiale constitue une condition essentielle pour la construction d'une société plus harmonieuse, d'un monde durable et plus respectueux de l'environnement,

Considérant que, selon le Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA), la satisfaction des besoins financiers pour la contraception dans le monde permettrait de :
- faire passer le nombre de grossesses non désirées de 75 à 22 millions,
- faire passer le nombre d'avortements de 45 à 14 millions,
- et en conséquence faire diminuer de 22 millions le nombre de naissances non désirées, en les faisant passer de 30 à 8 millions.

J’appuie la proposition suivante émise par l'UNFPA:

« Financer en totalité les services de planification familiale et les produits de contraception dans le cadre d’une politique de la santé et des droits en matière de reproduction, et veiller à ce que la faiblesse du revenu ne limite en rien l’accès ».

Aide au Développement et Planification Familiale

 Voici le texte de la pétition que nous vous invitons à signer en suivant ce lien :

 

 La population des pays en voie de développement continue d’exploser ! Une cinquantaine de pays ont encore des taux de fécondité compris entre quatre et sept enfants par femme ! A tel point que certains d’entre eux vont bientôt avoir des densités de population nettement supérieures à celle de la France ! Leur avenir est donc largement compromis...

Or, selon le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), plus de 200 millions de femmes sont en demande insatisfaite de contraception, ce qui conduit à 80 millions de grossesses non désirées tous les ans, dont la moitié se termine par un avortement... Finalement, il y a 40 millions de naissances non désirées, chiffre à rapprocher des 80 millions de personnes supplémentaires que la Terre se voit contrainte d’accueillir tous les ans.

C’est dire l'impact qu’une réelle politique européenne en faveur de la Planification Familiale pourrait avoir, à la fois pour le bien-être des femmes, mais aussi sur le développement des pays, car comme l’explique fort bien le démographe belge John May: « Un dollar investi dans la Planification Familiale permet aux gouvernements d’économiser jusqu’à quatre dollars en dépenses de santé, de logement, d’approvisionnement et d’autres services publics.»

L'article 208 du Traité de Lisbonne stipule que « l'un des objectifs de la coopération au développement européenne est la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement.»

Nous estimons, pour notre part, que l’Aide au Développement actuelle de l'Union Européenne ne lutte pas efficacement contre la pauvreté puisqu'elle fait l'impasse sur la question démographique et qu'au final, elle consiste plus ou moins à alimenter un puits sans fond.

A l’occasion des élections européennes du 25 mai 2014, nous soutenons donc l'initiative de l’association Démographie Responsable et demandons qu'un quart du budget actuel de l'Aide au Développement de l'UE soit affecté à la Planification Familiale.

Évoquer la démographie à la COP22

Suivre ce lien pour voir le bilan de cette pétition maintenant terminée.

 

 Considérant que 300 000 à 500 000 femmes meurent chaque année du fait de grossesses trop précoces, trop rapprochées, trop fréquentes ou trop tardives,


Considérant que la maîtrise de la croissance démographique mondiale constitue une condition essentielle pour la construction d'une société plus harmonieuse, d'un monde durable et plus respectueux de l'environnement,

Considérant que, selon le Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA), la satisfaction des besoins financiers pour la contraception dans le monde permettrait de :
- faire passer le nombre de grossesses non désirées de 75 à 22 millions,
- faire passer le nombre d'avortements de 45 à 14 millions,
- et en conséquence faire diminuer de 22 millions le nombre de naissances non désirées, en les faisant passer de 30 à 8 millions.

J’appuie la proposition suivante émise par l'UNFPA:

« Financer en totalité les services de planification familiale et les produits de contraception dans le cadre d’une politique de la santé et des droits en matière de reproduction, et veiller à ce que la faiblesse du revenu ne limite en rien l’accès ».