Allocations familiales

 

Appelant, entre autres, ses compatriotes à autolimiter leur procréation, notre association ne peut pas rester sans réagir face à la politique nataliste de son propre pays… Un des piliers de cette politique étant le système des allocations familiales, quelles sont nos recommandations sur le sujet?

 

État actuel des prestations:

Montants mensuels (valables jusqu'au 31/03/2014) : 2 enfants = 128,57 € ; 3 enfants = 293,30 € (plus du double) ; 4 enfants 458,02 €. S’ajoutent 164,73 €, par enfant supplémentaire. En plus de ces allocations, il existe une majoration pour les enfants âgés de plus de 11 (ou 14) ans et une autre pour ceux de plus de 16 ans. A noter aussi que dans les DOM (départements d’outre-mer), une allocation est versée dès le premier enfant.

Il est évident que même si personne ne fait des enfants dans l'unique but de percevoir des allocations, celles-ci ont néanmoins un effet incitatif important (c'est d'ailleurs la raison même de leur existence!)

 

Les propositions de Démographie Responsable:

Pour des raisons de justice sociale, maintien de l’aide apportée par la collectivité pour le deuxième enfant, par contre aucune majoration pour les enfants suivants. Concrètement les allocations seraient plafonnées à 2 enfants. De plus, pour être encore plus juste socialement, les sommes ainsi "économisées" pourraient être affectées à la création d’une allocation dès le premier enfant (du type de celle pratiquée dans les DOM).

Ces nouvelles mesures prendraient effet au minimum 9 mois (voire un an) après le vote (ou la promulgation) de la loi. Pour une raison évidente de non rétroactivité de la loi et pour ne pas pénaliser les familles nombreuses (qui ont été incitées à procréer), ces dernières continueraient à percevoir les mêmes allocations que précédemment : il s'agit de guérir et non de punir. Personne ne serait donc lésé.

 

Effets attendus sur la démographie française:

Tableau de la descendance finale de la génération 1960 en nombre moyen d'enfants par femme *

 

Descendance

finale

Rang 1

Rang 2

Rang 1

+ rang 2

Rang 3

Rang 4

ou plus

Rang 3

ou plus

Naissances

de rang ≥3

France

2,12

0,90

0,78

1,62

0,32

0,18

0,50

23,6 %

 

Compte tenu du fait que le taux de renouvellement de la population est de 2,1 : avec une descendance finale de 2,12 plus un solde migratoire "assez" positif, la France est en constante croissance démographique (environ 350.000 personnes de plus par an!).

Ce que le tableau montre aussi clairement est que l’effet des naissances de rang supérieur ou égal à trois n'est pas à négliger, car voisin de 25%, cela représente 1/4 des naissances.

Cette nouvelle politique "neutre" des pouvoirs publics, que nous appelons de nos vœux, n’aurait évidemment pas pour effet de ramener le nombre moyen d’enfants à 1,62 pour la raison évidente que la liberté étant totalement laissée de pouvoir continuer à procréer au-delà de 2 enfants, une partie seulement des familles "jouerait le jeu". Mais finalement, sans entrer dans des calculs prospectifs hasardeux, grâce à ces mesures et compte tenu de l’apport de l’immigration, on peut néanmoins espérer pouvoir relativement stabiliser la population de notre pays.

Autre effet bénéfique de premier ordre, n’incitant plus à la surnatalité, c'est à dire ne faisant plus partie des "mauvais élèves de la classe", la France pourrait intervenir dans les organismes internationaux pour promouvoir une politique démographique planétaire responsable.


*(source INED: "Deux ou trois enfants" de Didier BRETON et France PRIOUX , novembre 2005)